VOTE | 172 fans

#102 : Le Château de Leoch

Résumé : Claire est amenée à rencontrer le Laird de Castle Leoch. Alors qu'elle est suspectée d'être une espionne anglaise, elle se lie d'amitié avec la mystérieuse Geillis Duncan. Mais quand le clan découvre qu'elle a certains talents en médecine, Claire passe du statut d'invitée à celui de prisonnière.

Popularité


4.71 - 17 votes

Titre VO
Castle Leoch

Titre VF
Le Château de Leoch

Première diffusion
16.08.2014

Première diffusion en France
03.04.2016

Vidéos

Résumer par Paste Magazine (VO)

Résumer par Paste Magazine (VO)

  

Promo VO

Promo VO

  

Photos promo

Claire Randall (Caitriona Balfe) en compagnie de Jamie Fraser (Sam Heughan)

Claire Randall (Caitriona Balfe) en compagnie de Jamie Fraser (Sam Heughan)

Dougal McKenzie (Graham McTavish)

Dougal McKenzie (Graham McTavish)

Claire Randall (Caitriona Balfe) à cheval avec Jamie Fraser (Sam Heughan)

Claire Randall (Caitriona Balfe) à cheval avec Jamie Fraser (Sam Heughan)

Jamie Fraser (Sam Heughan aux écuries

Jamie Fraser (Sam Heughan aux écuries

Jamie Fraser (Sam Heughan aux écuries

Jamie Fraser (Sam Heughan aux écuries

Black Jack Randall (Tobias Menzies) fouette Jamie Fraser (Sam Heughan)

Black Jack Randall (Tobias Menzies) fouette Jamie Fraser (Sam Heughan)

Dougal McKenzie (Graham McTavish) arrive au château

Dougal McKenzie (Graham McTavish) arrive au château

Claire Randall (Caitriona Balfe) soigne Jamie Fraser (Sam Heughan)

Claire Randall (Caitriona Balfe) soigne Jamie Fraser (Sam Heughan)

Claire Randall (Caitriona Balfe) & Jamie Fraser (Sam Heughan)

Claire Randall (Caitriona Balfe) & Jamie Fraser (Sam Heughan)

Geilis Duncan (Lotte Verbeek) & Claire Randall (Caitriona Balfe) cueillent des plantes

Geilis Duncan (Lotte Verbeek) & Claire Randall (Caitriona Balfe) cueillent des plantes

Geilis Duncan (Lotte Verbeek) cueille des plantes

Geilis Duncan (Lotte Verbeek) cueille des plantes

Black Jack Randall (Tobias Menzies) à cheval

Black Jack Randall (Tobias Menzies) à cheval

Colum McKenzie (Gary Lewis), Claire Randall (Caitriona Balfe) & Dougal McKenzie (Graham McTavish) au banquet

Colum McKenzie (Gary Lewis), Claire Randall (Caitriona Balfe) & Dougal McKenzie (Graham McTavish) au banquet

Claire Randall (Caitriona Balfe)

Claire Randall (Caitriona Balfe)

Claire Randall (Caitriona Balfe)

Claire Randall (Caitriona Balfe)

Claire Randall (Caitriona Balfe) & Jamie Fraser (Sam Heughan)

Claire Randall (Caitriona Balfe) & Jamie Fraser (Sam Heughan)

Diffusions

Logo de la chaîne Starz

Etats-Unis (inédit)
Samedi 16.08.2014 à 21:00
0.90m / 0.3% (18-49)

Plus de détails

Réalisateur : John Dahl
Scénariste : Ronald D.Moore

Durée de l'épisode : 59 minutes 

Casting

  • Catriona Balfe ... Claire Randall 
  • Sam Heughan ... Jamie Fraser
  • Tobias Menzies ... Franck Randall / Jack Randall
  • Gary Lewis ... Colum McKenzie
  • Graham McTavish ... Dougal MacKenzie 
  • Duncan Lacroix ... Murtagh Fraser
  • Lotte Verbeek ... Geillis Duncan
  • Grant O'Rourke ... Rupert MacKenzie 
  • Stephen Walters ... Angus Mhor
  • Anette Badland ... Madame Fitzgibbons
  • Nell Hudson ... Laoghaire MacKenzie
  • Laura Donnelly ... Jenny Fraser
  • James Fleet ... Révérend Wakefield 
  • Liam Carney ... Old Alec
  • Aislin McGuckin ... Letitia MacKenzie
  • Roderick Gilkison ... Hamish
  • Colin Scott-Moncrieff ... Scribe
  • Donal Gillies ... William Talbot
  • Donald Sinclair ... Fingal Duncan 
  • Kennys Lindsay ... Clyde MacKenzie 
  • David MacKenzie ... Kyle 
  • Arthur Donald ... Malcolm
  • Kelly Murmure
  • Steven Blake ... Piper 
  • Ronnie B. Goodwin

 

Voix de Claire : Précédemment. Nous étions en Écosse pour notre deuxième lune de miel.

Mrs Graham : Celles-ci appartiennent à un modèle que je n'ai jamais vu, la ligne de mariage est divisée, la ligne de vie est fourchue.

Claire : Où ira t-on pour assister à ce spectacle ?

Frank : Dans un lieu qui s'appelle Craig Na Dun. Un groupe de femmes du coin se réunit de temps en temps pour y accomplir certains rites.

Claire : Vous n'êtes pas Frank.

Randall : Non, Madame je regrette.

Dougal : Comment vous appelez-vous ?

Claire : Claire Beauchamp. Je suis infirmière.

Jamie : Merci, Sassenach. Vraiment.

Claire : Alors, même si mon esprit rationnel refusait de l'admettre, je savais au fond de mon cœur que je n'étais plus au XXe siècle.

 

Générique.

 

Dans la cour du château de Leoch.

 

Voix de Claire : La dernière fois que je m'étais trouvée là, Frank et moi avions simplement pris la voiture. Mais après ces deux jours et deux nuits inconfortables passées à cheval, je savais que jamais je ne serais comment rentrer. A moins de convaincre ces gens de m'aider d'une façon ou d'une autre.

Homme : Dougal, tu rentres bien tôt, on ne pensai pas vous voir arriver avant l'assemblée.

Dougal : Ma foi, on a fait des rencontres, il y en a eu des bonnes et il y a en eu des mauvaises.

Homme : Rupert, gros pet de cochon, qu'est-ce que tu as fait à ma Peggy. Je t'avais bien dis de serrer la sangle.

Rupert : Oh laisses-moi tranquille, vieux rat, j'ai passé la nuit à cheval. Tu vas pas en plus me jacasser dans les oreilles.

Homme : T'as même pas regardé ses pieds en plus, comment veux-tu qu'une bête arrive à porter un gros sac qui pèse autant que toi, sans qu'on s'occupe jamais de ses pieds ?

Angus : Lui, on dirait une vache à cheval sur une souris.

Rupert : Ferme donc ton goulot !

 

Claire voit un homme qui les observe par une fenêtre. Une femme arrive elle dit quelques mots en gaélique.

 

Femme : Rupert, mon petit, je suis heureuse de te voir, oh mon joli, vous avez bien besoin d'un bon casse-croûte je suis sûre il y a tout plein à manger dans la cuisine. Allez ouste, filez vous remplir le ventre ! Murtagh, toi mon gars tu ressembles à un rat qu'on a traîné dans la crotte de mouton et tu en as l'odeur !

Murtagh : J'ai droit à un baiser, alors.

Femme : Non, non. (elle rigole)

 

Elle s'aperçoit de la présence de Claire.

 

Femme : Qu'est qu'ils m'ont ramené là ?

Jamie : Claire Beauchamp, Mrs Fitzgibbons. Murtagh l'a trouvé et Dougal a dit qu'on devait l'amener avec nous. Donc.

Mrs Fitzgibbons : Ouais. Bien. Claire ? (Claire acquiesce) Venez avec moi, on va vous trouver de quoi manger et de quoi vous habillez, un peu, enfin un peu plus.

Claire : Pour lui que fait-on ?

Jamie : Je peux me débrouiller tout seul.
Claire : Non, vous êtes blessé. On lui a tiré dessus, hier.

Jamie : Ça va aller.

Claire : Non, ça ne va pas aller, je lui ai mis un bandage à l'épaule, mais je n'ai pu ni la nettoyer ni la panser correctement, il faut que je m'en occupes avant qu'elle ne s'infecte. Je veux dire, je veux dire qu'elle ne s'enflamme, quand la blessure enfle et donne de la fièvre, vous savez ?

Mrs Fitzgibbons : Bien-sûr, je vais vous trouver ce qu'il vous faut. Mais alors c'est que vous savez soigner ces choses-là ? Vous êtes un peu sorcière. Comme Beaton ?

Claire : Quelque chose comme ça.

Mrs Fitzgibbons : Jamie, tu entends ce qu'elle a dit, la dame veut qu'on te soigne. Venez par là ! On va vous mettre à l'abri de la pluie.

 

Dans une chambre du château.

 

Mrs Fitzgibbons : Voilà ce que vous aviez demandé de l'ail et de l'hamamélis pour faire bouillir la charpie. Il y a aussi de la consoude et de l'écorce de cerisier pour la douleur.

Claire : Parfait.

Mrs Fitzgibbons : Faites-moi savoir, s'il vous faut autre chose.

Claire : Je n'y manquerais pas, merci Mrs Fitzgibbons.

Mrs Fitzgibbons : Tout le monde m'appelle Mrs Fitz. Vous aussi, vous pouvez.

 

Mrs Fitzgibbons quitte la pièce. Claire voit les cicatrices dans le dos de Jamie.

 

Jamie : Les tuniques rouges, ils m'ont fouetté deux fois dans la même semaine, ils l'auraient volontiers fait deux fois dans la même journée,s'ils n'avaient eu crainte de me tuer. Quel plaisir y a t-il à fouetter un cadavre.

Claire : J'ose espérer que personne ne fait ça pour le plaisir.

Jamie : Pourtant, si Randall n'y prenait pas de plaisir en tout cas il était très content de lui.

Claire : Quelle maladroite il faut la faire bouillir à nouveau. Pourquoi vous a t-on fouetté ?

Jamie : La première fois c'était parce que je m'étais échappé de Fort William. La deuxième c'était pour vol du moins c'est ce que disait le rapport.
Claire : Pourquoi aviez-vous dû vous échapper ?

Jamie : Ils m'avaient fait prisonnier.

Claire : C'est ce que j'ai cru comprendre. Alors pourquoi ? Que vous reprochait-on ?

Jamie : Oh ! Ça, je faisais de l'obstruction, je crois.

Claire : De l'obstruction, qu'est-ce que ça veut dire ? Ça ne semble pas très grave comme crime.

Jamie : C'est. Je suppose que si les anglais le disent c'est que c'est grave. C'était il y a près de quatre ans maintenant...

 

Flash-back.

 

Voix de Jamie : Ils ont levé une taxe sur tous les propriétaires terriens du comté. Ils ont dépêché de petites escouades de soldats, pour s'emparer de la nourriture, de chevaux pour la transporter et ainsi de suite. C'était un jour d'octobre, le Capitaine Randall est arrivé chez nous, mon père était absent parti à un enterrement. (Femme qui crie) J'étais dans les champs quand j'ai entendu crier.

Femme : Non, non, non !

Jamie : Jenny ! Sauves-toi !

 

Jamie se bat avec les soldats.

 

Randall : Je réfléchirais si j'étais vous.

Jamie:Je me rends, monsieur.

Soldat : Bouges pas, toi !

Jamie : Alors, laissez ma sœur en paix !

Randall : C'est votre sœur, voilà qui est intéressant, elle est toute mignonne, je vais regarder ça de plus près.

 

Il déchire la robe de Jenny et dévoile sa poitrine

 

Jamie : Non, non, non !

Randall : Levez-lui la tête !

 

Fin du flash-back.

 

Jamie : Il avait un message à transmettre, voilà ce qui vous arrivera si vous vous opposez aux anglais.

 

Flash-back.

 

Jamie est attaché, Randall est en train de le fouetter, devant Jenny tenue par des soldats.

 

Randall : Vous voulez en voir d'avantage, ou vous préférerez me divertir autrement dans la maison.

Jamie : Ne va pas avec lui, même s'il me tranche la gorge sous tes yeux.

 

Randall assomme Jamie.

 

Fin du flash-back.

 

Jamie : Alors, elle est allée avec lui. Elle a cru qu'il me tuerait et elle avait peut-être raison, après je ne me souviens plus de rien. Quand j'ai repris connaissance, j’étais ligoté dans une charrette au milieu des poulets sur la route de Fort William.

Claire : C'est épouvantable. Ça a dû être une épreuve terrible.

Jamie : Oh oui. La compagnie des poulets n'est guère plaisante.

Claire : Ne bougez pas ! Je vais immobiliser votre bras avec un bandage. Tenez-vous tranquille !

Jamie : Vous êtes gentille. Vos gestes sont adroits. Votre époux doit être un homme heureux.

Voix de Claire : Mon époux...

 

On voit Frank accompagné du révérend Wakefield à Craigh Na Dun en 1945.

 

Voix de Claire : Quelles épreuves Frank traversaient-il ? Sa femme avait disparu sans laisser de traces, sans un mot, sans explication, que de crainte devait l'assaillir. J'avais peut-être était enlevée, peut-être étais-je morte

 

Frank : Claire ?

 

Voix de Claire : Ou pire encore, peut-être l'avais-je quitté pour un autre homme.

 

Wakefield : Mrs Randall ?

Frank : Claire 

 

Dans la chambre du château.

 

Jamie: Madame ? Madame Beauchamp, qu'est-ce qui ne va pas ?

Claire : Rien tout va bien. J'étais en train de penser à mon époux.

 

Jamie dit quelque chose en gaélique.

 

Jamie : N'est-il plus de ce monde ?

Claire : Non, il n'est plus là, il n'est plus de ce monde.

 

Claire pleure, Jamie la prend dans ses bras.

 

Jamie : Chut, chut. Ne pleurez pas, chut.

Claire : Pardonnez-moi ! Je ne voulais pas.

Jamie : N'ayez pas peur de moi. N'ayez peur de personne ici, tant que je serais à vos côtés.

Claire : Et quand vous ne le serez pas ?

Jamie : Tachez de vous souvenir que vous êtes anglaise, dans un endroit où c'est chose peu recommandée.

Claire : Merci je m'en souviendrais.

Jamie : Soyez vigilante. Il faut dormir, un peu. Vous êtes épuisée. On voudra certainement vous parler sans tarder.

Claire : Vous avez sans doute raison.

 

Jamie sort de la chambre.

 

Plus tard.

 

Mrs Fitzgibbons : Il faut vous lever, maintenant, dépêchons. Allez debout ! Vous avez dormi toute la journée, il est près de cinq heures du soir. Je vous ai mis la soupe chaude près du feu. Levez-vous allons !

Claire : Merci.

Mrs Fitzgibbons : Et bien venez (elle déshabille Claire) Qu'est ce que c'est ce corset là ?

Claire : C'est un soutien-gorge, il vient de France.

 

Mrs Fitzgibbons habille Claire.

 

Mrs Fitzgibbons : Voilà bien serrés. Ça y est, vous voilà comme il faut pour être conduite devant le Seigneur.

 

Murtagh frappe à la porte il fait signe à Claire de venir, il la fait rentrer dans un bureau et referme la porte derrière lui.

 

Voix de Claire : Si je devais survivre il fallait que je m'acclimate le plus rapidement possible. Je savais où j'étais, mais à quelle époque ? A en juger par les vêtements et les armes il s'agissait sans doute du XVIIIe siècle (elle regarde une lettre) 1743, l’Écosse fait certainement partie de la Grande-Bretagne.

Homme : Vous avez fait la connaissance de certains de mes amis ?

Claire : Je vous prie de me pardonner d'avoir pris mes aises.

Homme : De vieux camarades et de nouvelles connaissance dont on attend encore de connaître les secret, mais tous des amis quoi qu'il en soit. Bienvenue Madame, je m'appelle Colum MacCampbell Mackenzie, laird de ce château, je vous en prie.

 

Voix de Claire : 1743, plusieurs décennies avant la Révolution Américaine, l'Angleterre et la France sont en guerre une fois de plus, l'un des rois Hanovrien est sur le trône, mais lequel ?

 

Colum : Je crois comprendre quand mes frères et ses hommes, vous ont trouvé, vous étiez en mauvaise posture, selon toutes apparences.

Claire : Selon toutes apparences ? J'ai été attaquée et pratiquement violée par l'un des soldats du roi George II.
Colum : Et hormis le fait d'avoir été pratiquement violée, vous n'avez souffert aucun autres désagréments ?

Claire : Non. Dîtes, je vous prie à votre frère que je lui suis grée de son aimable escorte. Je dois bien-sûr prendre des dispositions pour retourner à Inverness dès que ça sera possible.

Colum : Je suis sûre que nous allons pouvoir arranger cela, mais je souhaiterais pour ma part, connaître les circonstances qui ont conduit une dame telle que vous à errer à travers bois avec pour unique vêtement, une simple chemise.

Flash-back

 

Frank, Claire et Wakefield sont dans un café.

 

Frank : C'est intéressant j'avais étudié les manières de soutenir un interrogatoire lors de mes classes d'officiers, le principe de base est de s'en tenir à la vérité autant qu'humainement possible. En ne changeant que les détails qui doivent rester secret.

 

Fin du flash-back.

 

Claire : Je suis veuve et je vis dans l'Oxfordshire, accompagnée de mon valet je faisais route vers la France pour rendre visite à des parents éloignés, nous avons été attaqués par des brigands, bien que j'ai réussi à échapper aux bandits, je fus forcée d'abandonner mon cheval et mes effets. Alors que j'errais à travers bois, je me suis faite attaquée par le Capitaine Jack Randall, vous avez dû entendre parler de lui ? Ce fut au cour de cette déplaisante rencontre que l'on m'a soustrait mes vêtements.

Colum : Il est vrai que le Capitaine Randall a une certaine réputation, mais c'est un officier, un homme d'honneur et vous prétendez qu'un personnage comme lui envoyé par le roi rencontre par hasard une dame de qualité et égarée dans les bois et se met en tête de la violer sans aucune raison.

Claire : Y a t-il jamais, une raison de violer une femme, mon seigneur Mackenzie ?

Colum : J'implore votre indulgence, Madame, j'ai employé là une formulation tout à fait regrettable.

Claire : Ce n'est rien. Nous étions en train d'évoquer les modalités de mon retour à Inverness.

Colum : En effet, un camelot du nom de Sean Petrie, devrait arriver samedi prochain, il fait halte à Leoch en se rendant à Inverness, une fois par mois, il a souvent assez de place pour un ou deux passagers.

Claire : Le samedi qui vient, pardonnez-moi ces événements m'ont fait perdre la notion du temps ?

Colum : Oh je vous en prie, il reste cinq jours, d'ici samedi. Pendant ce temps je vous prie d'accepter l'hospitalité de notre humble maison.

Claire : Je vous remercie.

 

Claire quitte le bureau de Colum.

Voix de Claire : Cinq jours, dans cinq jours je prendrais la route d'Inverness,puis je retournerais aux pierres de Craigh Na Dun et de là avec un peu de chance je rentrerais chez moi. Je connaissais quelques détails de cette époque, la politique, les gens, leurs manières de s'habiller, même certaines de leur coutumes et de leur vocabulaire m'étaient familier. Mais c'était seulement des connaissances théoriques acquises dans les livres, les musées, les tableaux. C'était comme se retrouver dans un monde étranger que l'on aurait qu’entrevue avec un télescope.

 

Claire est en haut d'un rempart, elle observe des enfants jouer dans la cour du château, Dougal vient à leur rencontre.

 

Dougal : Ah les garçons! Alors vous êtes deux contre un, ça c'est pas juste, deux contre deux ça vous dit ? Hey ! Où tu vas ? Et toi alors un contre un, allez Hamish, montres-moi tes attaques. Allez c'est bien mon petit, oh c'est très bien, rapide, oh, non tu ne tuerais pas un homme désarmé ? Mais il n'est pas mort.

Hamish : Lâchez-moi, lâchez-moi !

 

Voix de Claire : Et puis on commence à se demander, si la vie dans ce monde étranger n'est pas si différente de la notre après tout.

 

Le soir Claire arrive dans une grande salle, où tout le monde est déjà installé pour le dîner.

 

Colum : Avec votre permission.

 

Il sert à boire à Claire.

 

Claire : Merci beaucoup.

Colum : Puis-je vous présenter mon épouse Letitia, Letitia, Madame Claire Beauchamp, une dame anglaise de l'Oxfordshire.

Letitia : C'est un plaisir de pouvoir faire votre connaissance.

Claire:Le plaisir est le mien.

Colum : J'espère que Mrs Fitzgibbons à trouvé à vous loger confortablement ?

Claire:Tout à fait elle est inouïe.

Letitia : Ce qui est inouïe c'est qu'elle arrive à cuire ces bannocks délicieux dans les mauvais fours de nos cuisines.

Colum : Pour quoi Beauchamp ?

Claire : Je vous demande pardon ?

Colum : Je me demandais pourquoi, vous vous faisiez appeler Claire Beauchamp.

Claire: C'est mon nom.

Colum : Certes mais si votre famille à des origines françaises ne serait-il pas plus approprié de vous appelez Beauchamp (il le prononce à la française).

Claire : C'est que les liens que nous avons avec la France sont anciens mais distants, j'imagine qu'à une époque un ancêtre a décidé d'adopter la manière anglaise.
Colum : Et votre famille est établie dans quelle région de France exactement ?

Claire : La branche la plus directe, habite dans le nord, près de Compiègne.

Colum : Compiègne.

Claire : J'espère que Monsieur Mactavish se porte mieux ?

Letitia : Monsieur Mactavish ?

Dougal : Elle parle du jeune Jamie.

Letitia : Jamie ? Pourquoi ? Que lui est il donc arrivée à ce garçon ?

Colum : Une petite égratignure, ma chère. Au fait où est-il Dougal ?

Dougal : Je l'ai envoyé à l'écurie aider le vieil Alec à s'occuper des chevaux.

Colum : Pourquoi à l'écurie ?

Dougal : C'est là-bas qu'il est le mieux étant donné les circonstances. J'en voulais pas dans l'enceinte du château. Mais, mais c'est à toi d'en juger. Si tu n'es pas d'accord avec mes ordres.

Colum : Après tout il sera bien, aussi bien là qu'ailleurs. Apportes nous donc une bouteille du vin du Rhin. Oh tenez vous ne trouverez pas de ce vin là dans l'Oxfordshire. Vous vous dirigiez donc vers Compiègne ?

Claire : Compiègne, oui.

Colum : A Compiègne ! Une bien belle ville, ne trouvez-vous pas ?

Claire : Et bien en fait je ne serais le dire car je n'y ai jamais séjourné.

Colum : C'est votre première visite ?

Claire : Oui.

Colum :Votre famille vous hébergera ?

Claire : Une famille éloignée.

Colum :Et jamais rencontrée ?

Claire : Non, mais je me réjouis de les connaître.

Colum : Un événement réjouissant, j'imagine.

Claire : On peut que l'espérer. Bonjour toi, je m’appelle Claire.

Letitia : Et bien vas-y dis lui comment tu t’appelles.

Hamish : Hamish

Claire : Quel plaisir de faire ta connaissance Hamish. Je t'ai vu jouer tout à l'heure dans la cour jouer avec ton père.

Hamish: Jouer avec mon père ?

Claire: Oui, vous vous en souvenez sûrement Dougal, vous le faisiez voler autour de vous. Pardonnez-moi je dois avoir fait une erreur.

Hamish: Je suis le fils et l'héritier de Colum MacKenzie.

Letitia : Voilà qui est bien dit.

Claire : Malheureusement les rigueurs de ces derniers jours sont venus à bout de mes forces, avec votre permission je vais me retirer de bonne heure, ce soir.

Colum : Alors je vous souhaite, bonne nuit, Madame Beauchamp.

 

Claire sort de la salle et marche difficilement dans les couloirs.

 

Voix de Claire : Frank aurait ri et dit que j'étais tombé dans le plus vieux des pièges. Remplir sans cesse son verre et son assiette tout en interrogeant le suspect sans relâche. Il fallait que je sois plus prudente si je voulais rester en vie durant les cinq prochains jours.

 

Le lendemain, dans les cuisines, Mrs Fitzgibbons pétrie une pâte.

 

Mrs Fitzgibbons : Pauvre bras. Ah Seigneur qu'il fait chaud ! Y a plus rien pour le petit déjeuner. Il reste un peu de bouillie d'avoine. Je vous la réchauffe ?

Claire : Non. Je me disais qu'il fallait que je change son pansement à Monsieur MacTavish, à Jamie. Où se trouvent les écuries ?

Mrs Fitzgibbons : Au bout de la pâture, vers l'est.

 

Pâture. Jamie est en train de s'occuper d'un cheval il lui parle en gaélique.

 

Claire : Je suis désolée de lui avoir fait peur.

Jamie : C'est une jeune fille qui a du caractère, pas du tout, c'est une qualité pour un cheval. Que puis-je faire pour vous Mrs Beauchamp ?

Claire : C'est moi qui vais faire quelque chose pour vous, j'ai ici des bandages propres et de quoi manger.

Jamie : Aye.

 

Claire : Vous avez bon appétit, vous mangeriez de l'herbe, si vous n'aviez rien d'autre.

Jamie : J'en ai mangé, ça n'a pas mauvais goût, mais c'est pas très nourrissant.

Claire : Vous avez vraiment, mangé de l'herbe ?

Jamie : Pendant l'hiver, il y a deux ans. Je vivais à la dure dans les bois, on était une bande, on volait du bétail, on avait pas eu de chance depuis plus d'une semaine. Personne n'avait plus de nourritures.

Claire : On est en droit de se demander, pourquoi vous voliez du bétail, viviez comme un brigand au lieu de vous occupez de votre ferme ?

Jamie : Ma tête avait été mise à prix, 10 livres sterling, un fermier ne quitte pas sa ferme.

Claire : Ça semble excessif pour un prisonnier évadé.

Jamie : C'est pas pour évasion, c'est pour meurtre, mais en fait je n'ai pas tué l'homme pour lequel on me recherche.

Claire : Vous êtes décidément bien compliqué, Monsieur MacTavish.

Jamie : Non, non l'histoire est simple en réalité, je vous ai raconté ce qui m'étais arrivé à Fort William. Je n'ai pas pu bougé pendant un temps, après qu'il m'ait donné le fouet pour la seconde fois et les plaies m'avaient donné de la fièvre. Quand j'ai pu bouger à nouveau, des camarades ont réussi à me faire sortir du campement, je préfère ne pas dire comment. Et il y a eu de la bagarre quand on est parti, une tunique rouge a été tué.

Claire : Pas par vous ?

Jamie : Pour vous parler franchement, j'avais juste assez de force pour arriver à rester à cheval, c'était il y a quatre ans, c'est comme si je l'avais simplement rêvé. Voilà l'histoire.

Claire : Votre, vrai nom, n'est sûrement pas McTavish ?

Jamie : Non, non c'est vrai.

Claire : C'est votre nom de guerre en quelque sorte.

Jamie : Aye, si vous le dîtes. Ça vaut de l'or ce que je viens de vous dire. Vous savez, je doute qu'il y ait des informateurs à l'intérieur du château, mais il y en a sûrement certains dans la campagne qui serait content de se mettre, trois sous en poche en disant aux anglais où je suis, s'ils savaient que j'étais recherché.

Claire : Et Colum, le sait ?

Jamie : Que je suis un hors la loi ? Aye, Aye Colum le sait, Dougal aussi. Mais ce sont mes oncles du côté de ma mère.

Claire : Je sais tout maintenant, pourquoi m'avez-vous dit cela ?

Jamie : Vous l'aviez demandé.

Claire : Ce n'est pas une réponse. Vous auriez pu mentir ou me dire que ce n'était pas mes affaires.

Jamie : C'est vrai que j'aurais pu, mais je n'y ai pas pensé, au lieu de ça je vous ai fais confiance.

Alec : Tu as fini de t’empiffrer en laissant les chevaux en liberté, quand vas-tu me débourrer ce poulain ?

Jamie : Pas de si tôt, si je dois mourir de faim.

 

Alec s'en va.

 

Jamie : Il faut que je me remette au travail, merci pour la nourriture et le...

Claire : Aujourd'hui tâché de ne pas vous faire fouetter ou tailler en pièce, ça suffira comme remerciement

Jamie : Pas de promesse, Sassenach.

 

Claire repart, elle s'aperçoit de la présence de Rupert.

 

Claire : Est-ce que vous me suivez ? Oui vous me suivez ! Pourquoi ? Pff...Vous pourriez au moins avoir la courtoisie de me répondre. Colum vous a ordonné de me suivre ?

Rupert : Non.

Claire : Dougal, alors ?

Rupert : Vous savez que vous posez beaucoup de questions, pour une femme.

Claire : Je sais on me l'a déjà dit.
Rupert : Et bien, moi je n'ai pas de réponses. Je ne suis que les yeux de Dougal, pas sa tête et je vous préviens, Madame, ces yeux ne se détourneront pas de vous une seconde, tant que la tête ne me l'aura pas ordonné.

 

Claire s'en va vers le château.

 

Rupert : Vous savez que ça pourrait être bien pire, on va se partager les heures de garde avec Angus.Et. Vous ne le trouverez pas aussi gracieux que moi, il a plus souvent le nez dans sa chope qu'à l'air frais. Il fornique avec les femmes et il baise avec des petites bêtes quand il n'y a pas de femmes dans le coin. Je dis que vous devriez profiter de moi tant que je suis là parce que vous allez vous languir de moi, quand vous sentirez, l'haleine puante de ce bouc maniaque sur votre nuque.

Claire : Charmant.

Rupert : C'est une chance pour vous, qu'il aime mieux les femelles qui sentent bien fort la cour de ferme.

Claire : Alors je me souviendrais de me laver souvent.

Rupert : Ah ouais, il ne serait pas quoi de penser de ça.

 

Voix de Claire : Il est évident que vous me soupçonnez...

 

Claire suit Dougal dans un couloir du château.

 

Claire : …sinon vous ne feriez pas surveiller, peut-être auriez-vous l'obligeance de m'éclairer sur le motif de vos soupçons ou est-ce trop demandé ?

Dougal : Je vous soupçonne d'être une espionne des anglais.

Claire : Une espionne ? Moi ?

Dougal : Vous ne dites la vérité, ni sur vous, ni sur ce que vous faites, de cela je suis sûr. Et jusqu'à ce que je sois sûr de vous je vous ferais surveiller jour et nuit. Voilà vous connaissez ma pensée.

Claire : Très bien. Vous verrez que mes occupations durant ces quatre jours ne vous seront d'aucun intérêt. J'espère néanmoins que vos espions vous feront un rapport détaillé.

Dougal : Quatre jours ?

Claire : Oui. Je pars samedi avec Monsieur Petrie. Je suis surprise, j'aurais cru que votre frère vous préviendrez de ça. Peut-être que vous ne connaissez pas sa pensée.

 

Plus tard, Claire est dans sa chambre, elle chantonne tout en s'habillant.

 

Voix de Claire : Au cours des quatre jours suivant je pris le soin d'adopter une routine simple, pour m'occuper l'esprit pendant que j'attendais l'arrivée du camelot autant que pour ne donner aux hommes de Dougal aucune information qui ait le moindre intérêt.

 

Claire est à l'extérieur.

 

Voix de Claire : Madame Fitz m'envoya cueillir des plantes pour la cuisine, j'éprouvais une sorte de plaisir tranquille à toucher à nouveau ce qui pousse en plus de la satisfaction d'aider les plantes à croître.

 

Claire examine des champignons.

 

Femme : Cela sont vénéneux...Pardon je n'ai pas pu m'empêcher de rire.

Claire : Visiblement, c'était comique, vu de là-bas, merci quand même de m'avoir prévenue, mais il se trouve que je sais que ces champignons sont vénéneux.

Femme : Qui donc as-tu l'intention de supprimer ? Ton mari, peut-être ? Dis-moi s'ils sont efficaces et je les essayerais sur le mien.

Claire : Pour tout dire, il est vrai que les chapeaux de ces champignons sont vénéneux en l'état, mais une fois séchés on peut en faire de la poudre. C'est un remède très efficace en application locale, pour arrêter les saignements.

Femme : Tu m'en diras tant. Je m'appelle Geillis, Geillis Duncan

Claire : Oh !Je suis confuse j'aurais dû me présenter, je m'appelle...

Geillis : Je sais qui tu es, Claire. Le village brûle de toutes sortes de rumeurs depuis ton arrivée au château.

Claire : Et alors que disent ces rumeurs ?

Geillis : Que tu dois être une espionne sassenach. Sais-tu aussi que ces fleurs la font saigner pour se débarrasser d'un enfant qu'on ne veut pas. Elles provoquent les menstrues, mais seulement si on les utilise tôt. Si c'est trop tard ; elles peuvent te tuer en même temps que l'enfant. Les filles du village viennent me trouver de temps en temps pour une telle chose. On dit que je suis une sorcière.

Claire : Es-tu en est une ?

Geillis : Certainement pas. Et pourtant je sais par exemple que la Bétoine des Bois peut transformer les crapauds en pigeons. Tu devrais venir me voir dans le village un de ces jours. J'ai une armoire entière de potions et de plantes médicinales qui te ferais sûrement bouillir l'imagination. Mais j'espère qu'on se verra ce soir dans la grande salle.

Claire : Comment ?

 

Grande Salle.

 

La grande salle est remplit de monde, Colum arrive suivit de Dougal. Claire est à côté de Geillis.

 

Voix de Claire : L'ayant observé pendant une semaine, j'avais diagnostiqué chez Colum un syndrome de Toulouse-Lautrec, une infection qui porte le nom de sa plus célèbre victime, qui par ailleurs n'était pas encore né, me rappelais-je. C'est une maladie dégénérative des os et des tissus conjonctifs. Toulouse-Lautrec était mort à l'âge de 38 ans et au vu de l'état d'avancement de la médecine au XVIIIe siècle , Colum Mackenzie n'avait plus très longtemps à vivre.

Homme : Les sieurs William Talbolt et Fingal Duncan, veuillez-vous avancer !

 

L'un des deux hommes parle gaélique.

 

Geillis : Ils sont voisins, ils ont un différent au sujet d'une vache.
Claire : Au sujet d'une vache ?

 

Colum parle en gaélique et fait rire l'assemblée.

 

Geillis: Il a dit, alors, comment dire...

Claire : Ce n'est pas grave, je crois qu'une traduction, serait bien pâle à côté de l'original.

 

Homme : Kyle Ferguson, approchez et présentez-vous !

 

Kyle parle en gaélique.

 

Geillis : Ils se querellent au sujet d'un bout de terre.

 

Un homme se présente en tirant une jeune femme.

 

Geillis : Son père l'accuse d'avoir une conduite inconvenante, son père veut que le Seigneur MacKenzie la fasse punir pour désobéissance.

 

Colum parle en gaélique, le père acquiesce, Murtagh et Jamie parlent à voix basse.

Des hommes tiennent la jeune femme et elle se débat.

 

Jeune femme : Non, non.

 

Jamie parle en gaélique et s'avance devant Colum.

 

Geillis : Il propose de subir la punition à la place de la fille.

Claire : Comment ? Mais sa blessure est encore à vive.

Geillis : Hum, hum.

 

Jamie et le père parle en gaélique.

 

Geillis : Ils ne sont pas d'accord

 

Colum parle en gaélique.

 

Geillis : Il donne son accord.

 

La jeune femme court dans les bras de Mrs Fitzgibbons.

 

Geillis : Il a choisi les poings.

Claire : Les poings !

Geillis : Plutôt qu'une lanière de cuir.

 

Murtagh : Si c'est une correction que tu voulais, je m'aurais fait une joie de te la donner.

Jamie : Aye, mais tu aurais pu faire de vrais dégâts.

Murtagh : Fais attention, mon gars, ton oncle te mijotes quelque chose.

 

Jamie regarde Dougal, Rupert s'approche de Jamie et il lui donne un premier coup dans le ventre, puis un deuxième...

 

Claire : Combien de temps faut-il que cela dure ?

Geillis : Seulement jusqu'à ce que le sang soit versé, en général c'est quand il y a un nez cassé.

 

Rupert envoi un coup de poings dans le visage de Jamie qui crache du sang.

 

Claire : C'est barbare !

 

Rupert regarde Dougal de nouveau, qui acquiesce, il donne un coup ou Jamie est blessé, puis un autre dans le visage. Jamie tombe au sol.

 

Geillis : Restes ici, Claire.

 

Murtagh vient aider Jamie à se relever qui s'avance vers Colum pour le saluer. Jamie soutenu par Murtagh sort de la salle, Claire veut les suivre.

 

Geillis : Passes par là c'est plus court et il y aura moins de commérages.

 

Dans les cuisines, Claire sert quelque chose à boire à Jamie.

Claire : Tenez ! Pourquoi avez-vous fait cela ? Subir la punition de cette jeune fille ? Vous la connaissez ?

Jamie : Je sais qui elle est, mais je ne lui ai jamais dis trois mots.

Claire : Alors, pourquoi ?

Jamie : Ça aurait été trop déshonorant pour elle, se faire battre dans la grande salle, devant tous ceux qui la connaissent. Elle ne s'en serait pas remise avant longtemps, c'est plus facile pour moi, j'ai mal mais je ne suis pas trop abîmé. Dans quelques jours je m'en serais remis.

Mrs Fitzgibbons : Tiens voilà mon petit, c'est pour te rincer la bouche, ça va nettoyer les coupures et soulager la douleur. C'est de la tisane d'écorce de saule avec un peu d'iris moulue, finement moule.

Jamie : Il n'y a pas mieux.

Mrs Fitzgibbons : Ce que tu as fait c'est bien gentil, mon petit. Laoghaire est ma petite fille, vous savez.

 

Mrs Fitzgibbons s'en va.

 

Claire : Ôtez ce pansement de votre épaule dans les deux prochains jours.

Jamie : Ça ne serait pas plus facile pour vous de le faire ?

Claire : Si, mais je ne serais plus là , je pars demain avec Monsieur Petrie.

Jamie : Ah! Je comprends. Alors c'est le moment de se dire au revoir.

Claire : Oui.

 

Laoghaire entre dans la cuisine.

 

Claire : Je crois que quelqu'un veut vous dire un mot, en privé.

Jamie : Oui.

Claire : Alors au revoir, Jamie.

Jamie : Faites bon voyage, Claire.

 

Le lendemain, dans la cour extérieur du château.

 

Mrs Fitzgibbons : Les bannocks devraient se garder un ou deux jours et le fromage, une bonne semaine.

Claire : Vous avez été si bonne pour moi, Mrs Fitzgibbons, je ne sais pas comment vous remerciez.

Mrs Fitzgibbons : C'était de bon cœur ma petite, que la route vous soit douce.

 

Elles se serrent l'une et l'autre dans les bras.

 

Dougal : Colum souhaite vous voir.

Claire : Pourquoi ?

Dougal : Peu importe pourquoi.

Claire : Bon j'y vais, je reviens dans une minute.

 

Claire suit Dougal dans un couloir et reconnaît la porte que Frank n'arrivait pas à ouvrir en 1945.

 

Flash-back.

 

Claire : Oh allez, Trois, deux, un.

 

Fin du flash-back.

 

Dougal : Ça ne va pas ?

Claire :Si ça va.

 

Flash-back.

 

Frank et Claire ouvre la porte, elle rigole.

 

Fin du flash-back.

 

Dougal ouvre la porte et Claire entre.

 

Colum : Je vous souhaite le bonjour, Madame Beauchamp.

Claire : Bonjour.

Colum : Se pourrait-il que vous ayez un lien avec le clan Beaton ?

Claire : Les Beaton ? Non.

Colum : Les guérisseurs du clan Beaton sont célèbres dans tous les Highlands, l'un d'entre eux était ici jusqu'à ce qu'il attrape les fièvres qui l'ont apportés en une semaine. Il s’appelait Davy Beaton et cette pièce était son infirmerie disait-il.

Claire : Ah oui.

 

Flash-back.

 

Claire : Toutes ces choses et personnes avec qui les partager.

 

Fin du flash-back.

 

Colum : Je crois savoir que vous avez vous même un certain talent de guérisseur.

Claire : C'est un domaine qui m’intéresse, oui.

Colum : Vous savez à quoi servent ces potions et ces autres choses.

Claire : Certaines. Cet endroit est tout à fait extraordinaire, je vous sais gré de me l'avoir montré, mais il faut que je me mette en route.

Colum : Étant donné que nous n'avons plus de guérisseur depuis que Davy est parti, je veux que vous vous chargiez de ce travail.

Claire : Mais je m'en vais !

Colum : Non. Vous restez !

Claire : Que vous a raconté, Dougal, l'un de ses hommes de main a t-il inventé des mensonges à mon endroit ?

Colum : Mon frère garde pour lui l'opinion qu'il a de vous. Cette décision est la mienne.

Claire : Alors, pourquoi me faites-vous rester ?

Colum : Parce que c'est mon plaisir que vous restiez.

Claire : Parce que vous croyez que je suis une espionne, vous ne pouvez pas croire ça !

Colum : Ce que je crois c'est que vous avez des secrets, Claire. Ce sont peut-être les sortes de secrets qu'ont toutes les femmes, cela ne menace, ni moi, ni laird, ni le clan MacKenzie, mais jusqu'à ce que j'en sois sûr, vous resterez ici et serez mon invitée.

Claire : Où plutôt votre prisonnière, n'est-ce pas ?

Colum : Seulement, si vous tentez de vous enfuir.

 

Colum rejoint Dougal qui ferme la porte, laissant Claire, seule.

 

CLAIRE VOICE : We were in Scotland on our second honeymoon.

MRS GRAHAM : This is a pattern I've not seen before. The marriage line's divided. The life line's forked.

CLAIRE : Where will we be watching the spectacle ?

FRANCK : There's a place called Craigh Na Dun. There's a local group who use to observe rituals there.

Bruits de course et coups de feu dans la fôret

CLAIRE : You're not Franck.

JONATHAN RANDALL : No, madam, I'm not.

Dans une pièce sombre

DOUGAL MACKENZIE : What's your name ?

CLAIRE : Claire Beauchamp. I'm a nurse.

 

JAMIE : Thank you Sassenach, truly.

 

CLAIRE VOICE : As much as my rationnal mind rebelled against the idea, I knew in my heart I was no longer in the 20th century.

 

Sing me a song of a lass that is gone

Say, could that lass be I,

Merry of soul she sailed on a day,

Over the sea to Skye.

Billow and breeze, islands and seas,

Mountains of rain and sun.

All that was good, all that was fair,

All that was me is gone.

Sing me a song of a lass that is gone,

Say, could that lass be I,

Merry of soulshe sailed on a day,

Over the sea,

To Skye.

Into Castle Leoch's courtyard

CLAIRE VOICE : The last time I was here, Frank and I simply took the car. But after spending two days and nights jolting along on a horse, I knew I'd never find my way back, not unless I convinced these people to help me in some way.


THE GROOM : Dougal, you're back early, man. We hadna thought to see ye before the gathering.

DOUGAL : Aye, well, we've had some luck some good, some bad.

THE GROOM : Rupert, ye great fat fart, what have you done to my Peggy now? Did I not tell you to tighten her girth?

RUPERT : Let me be, old rat. I been riding all night, and I don't need you squalling in my ear.

THE GROOM : Did ye never even look at her hooves? You canna expect any beast to carry around something that weighs as much as you without taking care of the poor creature's feet.

ANGUS : Like a cow riding a mouse.

(Laughs)

RUPERT : Shut yer hole.

MRS FITZGIBBONS : Rupert, m'dear! How good to see ye! Oh, my dear. [Laughing] Mwah! Ye'll all be needing breakfast, I reckon. Plenty in the kitchen. Away in, and feed yerselves. [chuckles] Murtagh, you look and smell like a rat that's been dragged through sheep dung.

MURTAGH : Gi' us a kiss, then.

MRS FITZGIBBONS : Oh, no! A kiss, then! (laughing) And what do we have here?

Claire Beauchamp, Mistress Fitzgibbons. Murtagh found her, and Dougal said we must bring her along with us, so... So.

MRS FITZGIBBONS : Well... Claire. Come with me. We shall find you something to eat, something to wear that's a bit more... Well, a bit more.

CLAIRE : Well, what about him?

JAMIE : I can fend for myself.

CLAIRE : No, you're hurt. He was shot yesterday.

JAMIE : I'll be fine.

CLAIRE : No, you won't. I bandaged his shoulder, but I wasn't able to clean it or dress it properly. I must tend to it before it gets infected. I mean, inflamed. You know, with... with fever and swelling.

MRS FITZGIBBONS : Oh, aye. I ken fine what ye mean. But do you mean to say you know what to do for that? Are ye a charmer, then? A Beaton?

CLAIRE : Something like that.

MRS FITZGIBBONS : Jamie. Ye heard the lady. Ye need tending. This way. Let's get you out of the rain.

In a room in the castle

MRS FITZGIBBONS : As you asked, garlic and witch hazel to boil the rags. I also brought you comfrey and cherry bark for the pain.

CLAIRE : Perfect.

MRS FITZGIBBONS : Call out if you need anything else.

CLAIRE : I will. Thank you, Ms. Fitzgibbons.

MRS FITZGIBBONS : Everybody calls me Mrs. Fitz. You may also. ( go out of the room )

Claire take off Jamie's shirt from his shoulders


JAMIE : The Redcoats. Flogged me twice in the space of a week. They'd have done it twice the same day, I expect, were they not afraid of killing me. There's no joy in flogging a dead man.

CLAIRE : I shouldn't think anyone would do such a thing for joy.

JAMIE : Hmph, well, If Randall was not precisely joyous, he was at least very pleased with himself. CLAIRE : Clumsy. It'll have to be boiled again. (clearing the throat)  Why were you flogged?

JAMIE : Hmm, well, the first time was escaping Fort William. And the second was theft. Or at least, that's what the charge sheet read.

CLAIRE : Why were you escaping in the first place?

JAMIE : (whispers) They were holding me prisoner. I gathered that.

CLAIRE : Why? On what charge?

JAMIE : Oh, that. I think it was, um... obstruction.

CLAIRE : Obstruction? What's that? It doesn't sound like a serious crime.

JAMIE : Ah, well, I suppose it's whatever the English say it is. Aye, it was near to four years ago now.

FLASHBACK

JAMIE VOICE : They put a levy on all the land-holders in the county, sent out small parties of soldiers collecting food, horses for transport, and suchlike. Aye, it was one day in October, Captain Randall came along to our place. My father was away. He'd gone to a funeral (woman screams) I was up in the fields when I heard shouting. (screaming)

JAMIE : No! No, no! (screaming) Jenny! Jenny, run! ( fights with ReadCoats )

CAPTAIN RANDALL : ( treatening Jenny's neck with a gun ) Consider yourself carefully.

JAMIE : I surrender to you, sir. Now... now let my sister be.

CAPTAIN RANDALL : Your sister? That's interesting.Shh. She's, uh, she's bonny. I'll take a closer look. ( tears open Jenny's bodice )

JAMIE : No! No!  No! ( strugguling )

CAPTAIN RANDALL : Bring his head up.

JAMIE VOICE : He wanted to send a message. This is what you get when you fight back against the English.

(whip cracks, Jamie gasps, whip cracks, whip cracks)

CAPTAIN RANDALL : ( to Jenny ) Mm. Ah. You care to see more? Or would you rather go into the house and offer me better entertainment?

JAMIE : Don't go with him. Even if he slits my throat right before your eyes.

JAMIE VOICE : So... She went with him. She thought he'd kill me, and, ah... perhaps she was right. After that, I dinna ken what happened. When I woke up, I was trussed up in the wagon with the chickens, jolting down the road to Fort William.

CLAIRE : I'm so sorry. That must have been terrible for you.

JAMIE : Oh, aye. Chickens are very poor company. ( trying to move his arm ) Mm.

CLAIRE : Don't do that. I'm going to strap that arm to your side.

JAMIE : Hmph.

CLAIRE : Just hold still.

JAMIE : Hmm. You're a kind woman with a good touch. Your husband is a lucky man.

CLAIRE VOICE : ( suddently sad ) My husband. What was Frank going through? His wife disappears without a trace, without a word, without explanation. Fears would prey on him. Perhaps I was abducted. Perhaps I was dead.

FRANCK in 1945 : Claire?

CLAIRE VOICE : Perhaps, worst of all, I had left him for another man.

WAKEFIELD in 1945 : Mrs. Randall? Claire!

JAMIE : Mistress. Mrs. Beauchamp, what's wrong?

CLAIRE : I'm fine. I was just thinking about my husband.

JAMIE : Oh. Lass... Is he not alive?

CLAIRE : (crying ) No, actually. He's not alive.

JAMIE : (embracing her) Shh. Shh. Therhh. Do not cry. No, shh.

CLAIRE : (bolting up) I'm sorry. I didn't mean to.

JAMIE : You need not be scared of me. Nor anyone else here, so long as I'm with ye.

CLAIRE : When you're not with me?

JAMIE : Just never forget that you're English in a place where that's not a pretty thing to be.

CLAIRE : Thank you, I will.

JAMIE : Watch yourself. Now, you sleep a bit. You're worn out. Likely someone will want to speak to you before too long.

CLAIRE : I suppose you're right. (Sniffles)

Later after Claire's nap

MRS FITZGIBBONS : You must get up now! Come along! Up with ye! You slept the whole day. 'Tis near 5:00. I've some hot broth for ye by the fire. Rouse yourself.

CLAIRE : Thank you.

MRS FITZGIBBONS : (clapping) Come along. ( pointing out a bra ) What kind of corset is that?

CLAIRE : Um, it's a brassière. It's from France.

MRS FITZGIBBONS : Oh. Good and tight. There. Now you're ready to be taken to himself.  

Into Colum's office

MRS FITZGIBBONS : Wait here.

CLAIRE VOICE :  If I was going to survive, I needed to acclimatize myself as quickly as possible. I knew where I was, but when? From the clothes and weapons alone, I knew it was most likely the 18th century. ( opening a book from the bookcase ) 1743. Scotland is definitely part of Great Britain.

COLUM : I see you've met some of my friends. Forgive me for helping myself. Some old comrades... some new acquaintances yet to make their secrets known... but all friends nonetheless. I welcome ye, mistress. My name is Colum Ban Campbell Mackenzie, Laird of this castle. Please. Seventeen forty-three, decades before the American revolution. England and France are at war again. One of the Hanover kings is on the throne. But which one? It was my understanding that my brother and his men found you in some apparent distress.

CLAIRE : "Apparent"? I was attacked and nearly raped by one of the soldiers of King George II.

COLUM : And other than this, uh, this near rape, you suffered no further molestation?

CLAIRE : No. Please extend my gratitude to your brother for his kind escort. I will, of course, need to arrange transport back to Inverness as soon as possible.

COLUM : I'm sure something can be arranged. But I do myself wish to know how exactly a lady such as yourself came to be wandering about in the woods, dressed in nothing but her shift.

CLAIRE : It's interesting. I took a course in withstanding interrogation as part of officer training, and the basic principle was that you stick to the truth as much as humanly possible, only altering those details that have to be kept secret. I am a widowed lady from Oxfordshire. I was traveling with a manservant to distant relatives in France, and we were set upon by highwaymen. While I managed to escape the bandits, I was forced to abandon my horse and property. While wandering through the woods, I was suddenly attacked by Captain Jack Randall. I believe you know of him. It was during this unpleasant encounter that I was relieved of my clothes.

COLUM : It's true that Captain Randall has a certain reputation. But he is an officer. A gentleman. Hmm. And you're saying that a man bearing the king's commission decided to rape a stray lady traveler he came upon in the woods, for no good reason.

CLAIRE : Is there ever a good reason for rape, Master Mackenzie?

COLUM : I beg your forgiveness, madam. An unfortunate turn of phrase on my part.

CLAIRE : Not at all. I believe we were discussing my transport back to Inverness.

COLUM : Aye. A tinker by the name of Sean Petrie, he will be here Saturday next. He stops at Leoch on his way to Inverness once a month, and he often has room for one or two passengers.

CLAIRE : Saturday next? Forgive me. I've lost track in all the confusion.

COLUM : Oh, not at all. Five days from now. Meanwhile... I offer you the hospitality of our humble home.

CLAIRE : Thank you.

CLAIRE VOICE : Five days. Five days, and I would be back on the road to Inverness, and then back to the stones atop Craigh Na Dun, and hopefully back home. I did know something of this era the politics, the people, their dress. Even some of their customs and colloquialisms were familiar. But it was all secondhand knowledge, acquired from books, museums, paintings. It was like landing on an alien world you'd only glimpsed through a telescope. 

She walks along the watch wall and watch at a scene in the courtyard

DOUGAL : Aye, lads. Well, two against one, hey? That's not fair. How about two against two? Where you going? What about you? One on one, come on, Hamish. Show us your moves. Oh, that's it, good lad. Oh, very good. Oh, very quick. Oh! Oh, come on. Oh! Oh, no, no, you wouldna kill an unarmed... (groans) Man! Oh, no! But he's not dead! Ah, I've got ye! I've got ye! Aah!

CLAIRE VOICE : But then you begin to wonder if maybe life on this alien world is not so different after all.

Later at the dinner 

COLUM : Allow me.

CLAIRE : Thank you.

COLUM : May I present my wife, Letitia? Letitia, Mrs. Claire Beauchamp, an English lady of Oxfordshire.

LETITIA : A pleasure to meet ye.

CLAIRE : The pleasure's mine.

LETITIA : I trust Mrs. Fitzgibbons found you comfortable lodgings?

CLAIRE : Very. She's a wonder.

LETITIA : The wonder is how she manages to bake bannocks such as these with the poor ovens we have in the kitchens.

COLUM : Why "Beech-ham"?

CLAIRE : I beg your pardon?

COLUM : I was wondering why you call yourself Claire "Beech-ham."

CLAIRE : It's my name.

COLUM : Aye, but if your family hail from France, would it not be more properly "Bo-cham"?

CLAIRE : Well, the ties we have to France are old, but not close. At some point, I suspect an ancestor decided to adopt the English style.

COLUM : And what part of France do your folk come from, exactly?

CLAIRE : The relatives I have are from the north, near Compiègne.

COLUM : Compiègne.

CLAIRE : I trust Mr. Mactavish is feeling better.

LETITIA : Mr. Mactavish?

COLUM : She means young Jamie.

LETITIA : Jamie? Why? Whatever is the matter with the lad?

COLUM : Naught but a scratch, my dear. Where is he, though, Dougal?

DOUGAL : I sent him to the stables to help auld Alec with the horses.

COLUM : The stables?

DOUGAL : Best place for him under the circumstances. Dinna want him inside the walls. But it's yours to choose, if you don't agree with my orders.

COLUM : I reckon he'll do well enough there. Bring us a bottle of the Rhenish. Oh, now, you won't find this in Oxfordshire. Are ye bound for Compiègne, then?

CLAIRE : Compiègne, uh, yes.

COLUM : (speaking Gaelic) Ahh. It's a lovely city, wouldn't you agree?

CLAIRE :  In truth, I... I wouldn't know, having never been there myself.

COLUM : First visit?

CLAIRE : Yes.

COLUM : And will you be staying with family?

CLAIRE : Distant family.

COLUM : Never met them?

CLAIRE : No. But I look forward to it, though.

COLUM : A joyous occasion, I imagine.

CLAIRE : One can only hope. ( to the kid she saw in the courtyard before ) Hello. My name is Claire. LETITIA : Go on, then. Give her your name.

HAMISH : Hamish.

CLAIRE : Oh, it's a pleasure to meet you, Hamish. I saw you playing earlier today in the courtyard with your father.

HAMISH : With my father?

CLAIRE : Yes, surely you remember, Dougal. You were swinging him around. I'm sorry, I... appear to have made an error.

HAMISH : I'm the son and heir of Colum Mackenzie.

COLUM : Indeed you are.

CLAIRE : I'm afraid the rigors of the past few days have been catching up with me. If you'll excuse me, I... think I shall retire early tonight.

COLUM : A good night to ye, then... Mrs. "Beech-ham."

CLAIRE VOICE : Frank would have laughed and said I fell for the oldest trick in the book ply the subject with food and drink, but all the while continuing the interrogation. I would have to be more careful if I were to survive the next five days.

Next morning in the kitchen

MRS FITZGIBBONS : You missed breakfast. Still some porridge. Warm it for ye?

CLAIRE : No. I, uh, I was thinking I should change the bandage on Mr. Mactavish's shoulder. Jamie. Where would I find the stables?

MRS FITZGIBBONS :  Top of the meadow. To the east.

At the stables

CLAIRE : ( after horse whinnies) I'm so sorry about that.

JAMIE :  She's just a girl with spirit is all. That's always a good thing. What can I do for you, Mistress Beauchamp?

CLAIRE :  It's what I can do for you. Some fresh bandages and some lunch.

JAMIE : Aye. Quite the appetite.

CLAIRE :  I should think you'd eat grass if there was nothing else.

JAMIE : I have. Doesna taste bad, but it's not very filling.

CLAIRE : You've actually eaten grass?

JAMIE : Mm-hmm. The winter. Year before last. I was living rough, you know, in the woods wi' a group of lads, raiding cattle. We'd had poor luck for a week and more and no food amongst us left. One might ask why you were raiding cattle and living the life of a thief instead of tending to your own farm. There was a price on my head. 10 pounds sterling. A farmer's whole year in these parts. CLAIRE : Seems excessive for a single escaped prisoner.

JAMIE : No, not for escape. For murder. But I didn't actually kill the man I'm wanted for.

CLAIRE : You're a very complicated man, Mr. Mactavish.

JAMIE : Nay. Nay, it's a simple story, really. I told you what happened to me at Fort William. Mm-hmm. I could hardly move for a day or two after I'd been flogged the second time. And I had fever from the wounds. Once I could stand again, though, some some friends made shift to get me out of the camp by means I'd best not go into. And there was some ruckus as we left, and a Redcoat was shot.

CLAIRE : Not by you.

JAMIE : To tell you the truth, I was too weak to do more than hang onto the horse. Four years ago now. More like an old dream, but... there it is. I take it your real name's not Mr. Mactavish.

CLAIRE : No.

JAMIE : No, it's not. A nom de guerre, as it were. If you like. You know, it's valuable information, that. You know, I... I doubt there are informers in the castle itself, but, you know, there might be some about the countryside be glad enough to earn a few pennies by letting the English know where I was, Did they know I as a wanted man.

CLAIRE : Does Colum know?

JAMIE : That I'm an outlaw?

CLAIRE : Mm-hmm.  

JAMIE : Aye, aye, Colum knows. And Dougal. But they're uncles on my mother's side.

CLAIRE : Now I know. Why did you tell me?

JAMIE : You asked.

CLAIRE : That's no answer. You could have lied or told me it was none of my business.

JAMIE : Well, I suppose I could have. Didn't think of that. Decided to trust ye instead.

ALEC : Are you done stuffing your face while the horses run wild? And when will that colt be broken?

JAMIE : None the sooner for starving myself, (to Claire) I best be returning to work. Thank you for the food and the, uh...

CLAIRE : Just try not to get flogged or stabbed today. That'll be thanks enough.

JAMIE : No promises, Sassenach.

Claires is walking to the castle when she notices Rupert

CLAIRE : Are you following me? You are. Why? You could at least do me the courtesy of an answer. Did Colum tell you to follow me?

RUPERT : Nah.

CLAIRE : Dougal, then?

RUPERT : Ken, for a woman, you do ask a fair amount of questions.

CLAIRE : So I've been told.

RUPERT : Well, I have nae answers for ye. I am but Dougal's eyes, not his head. But let me warn ye, mistress: these eyes won't be turning their gaze from ye until the head orders me to.

CLAIRE : Pfft.

RUPERT : It could be worse. I'll be sharing guard duty with Angus, and you'll not be finding him as charming as myself. He's in his cups more than out of them. A fornicator of women and a shagger of wee beasties when there's no women to be found. So I suggest you enjoy me while you can, because you'll be yearning for me when you feel the foul breath of that mad b*st*rd on the back of your neck.

CLAIRE : Lovely.

RUPERT : Lucky for you, he prefers female creatures with the tang of the farmyard aboot them. CLAIRE : Then I'll remember to bathe regularly.

RUPERT : Aye, he wouldna ken what to make of that.

Later

CLAIRE : Well, clearly, you suspect me of something, or you wouldn't have people watching me. Perhaps you'd be so kind as to give me a notion of your suspicions, or is that too much to...

DOUGAL : I suspect you may be an English spy.

CLAIRE : A spy? Me?

DOUGAL : Ye have no told the truth about who and what you are.

CLAIRE : Of that I'm sure.

DOUGAL : And until I am sure of ye, I'll have you watched day and night. Now you ken my mind.

CLAIRE : Very well. But I think you'll find I'll be doing very little of interest over the next four days. I do hope your spies give you a full report.

DOUGAL : Four days?

CLAIRE : Yes. I leave with Mr. Petrie on Saturday. Forgive me. I would've thought your brother would have told you that. Perhaps you don't ken his mind.

CLAIRE  VOICE :For the next few days, I determined to maintain a simple routine, both to keep my mind occupied while I awaited the tinker's arrival and to give Dougal's men nothing of the slightest interest to report. Mrs. Fitz put me to work helping to harvest food for the kitchen. I found a quiet sense of pleasure in touching growing things once more, felt the satisfaction of helping them thrive.

Later in a yield next to Castle Leoch

GEILLIS : Those kind are poison.

CLAIRE : Oh!  I'm sorry.

GEILLIS : I didn't mean to laugh.

CLAIRE :  I imagine it was funny from over there. Thanks for the warning, though, but I do know those mushrooms are poisonous.

GEILLIS : Who is it you're planning to do away with? Your husband, perhaps? Tell me if it works, and I'll try it on mine.

CLAIRE : Actually... now, while the caps of these mushrooms are poisonous, you can make a powder out of the dried fungi. It's very effective in stopping bleeding when applied topically.

GEILLIS : Fancy that. My name is Geillis. Geillis Duncan.

CLAIRE : I'm sorry, I should have introduced myself. My name is...

GEILLIS : I know who you are, Claire. The village has been humming with talk of ye since you came to the castle.

CLAIRE : What is it they're saying about me?

GEILLIS : That you're likely a Sassenach spy. You know, those will start bleeding to get rid of a child you don't want. Brings on your flux. But only if you use it early. Too late, and it can kill you as well as the child. The girls in the village come to me every now and again for such things. They say I'm a witch.

CLAIRE : Are you?

GEILLIS : Hardly. Although I am aware of how wood betony can transform toads into pigeons.  You should come visit me sometime down in the village. I have a cabinet full of potions and medicinals I wager would tickle yer fancy. But I hope I'll see you tonight at the hall.

CLAIRE : The hall?

CLAIRE VOICE :  After a week's observation, I diagnosed Colum's condition as Toulouse-Lautrec syndrome. Named for its most famous sufferer who did not yet exist, I reminded myself, it was a degenerative disease of bone and connective tissue. Lautrec died at age 38. And given the state of medicine in the 18th century, Colum Mackenzie was most certainly living on borrowed time.

A MAN : Masters William Talbot and Fingal Duncan, will ye stand forth?

GEILLIS : They're neighbors. Having a dispute over a cow.

CLAIRE : A cow?

(Laughs)

GEILLIS :  He sayswell, let me see.

CLAIRE : It's all right. I have the feeling something would be lost in translation.

A MAN : Kyle Ferguson, step forward and present yourself.

GEILLIS : They're fighting over some property. ( about another woman ) Mm-mm. Her father accuses her of loose behavior. Her father wishes the Mackenzie to have her punished for disobedience.

LAOGHAIRE :  No.

GEILLIS : He's offering to take the girl's punishment.

CLAIRE : What? But he's still injured.

GEILLIS : Mm-hmm.They're arguing it now. He allows it. He chooses fists.

CLAIRE :  Fists?

GEILLIS : Rather than the strap.  

MURTAGH : ( to Jamie) If ye'd wanted a beating, I'd been happy to oblige ye.

JAMIE : Aye, but... you might have done some real damage.

MURTAGH : Watch yourself, laddie. Your uncle is up to something.

CLAIRE : ( about Jamie being beaten ) How long must this go on for?

GEILLIS : Only until blood's drawn. Usually when their nose is broken.

CLAIRE : This is barbarous.

GEILLIS : (to Claire who's following Jamie out of the hall) Claire, stay here. This way is quicker, and you'll stir less gossip. Here.

In the kitchen

CLAIRE : Why did you do that? Take that girl's punishment? Do you know her?

JAMIE : Ken who she is. Haven't really spoken to her, though.

CLAIRE : Then why?

JAMIE : It would have shamed the lass to have been beaten in the hall before everyone that knows her. Taken a long time to get over it.  It's easier for me. I'm sore, but I'm nae really damaged. I'll get over it in a couple days.

MRS FITZGIBBONS : Oh, here ye are, lad. Rinse your mouth with this. It'll cleanse the cuts and ease the pain. Willow bark tea, with a bit of ground orris root. Ground up well. Top of life. What you did was kindly meant, lad. Laoghaire is my granddaughter, ye ken?

CLAIRE : Take that bandage off your shoulder in the next two days.

JAMIE : Would it not be easier if you did that?

CLAIRE : Yes, but I'll be gone. I'm leaving with Mr. Petrie tomorrow.

JAMIE : Ah. I see. Well... Then perhaps this is good-bye.

CLAIRE : Yes. I think someone would like to speak with you, alone.

LAOGHAIRE : Aye.

CLAIRE : Well, good-bye to you, then, Jamie.

JAMIE : Safe journeys to ye, Claire.

Next morning in the kitchen

MRS FITZGIBBONS : The bannocks should last a day or two, and the cheese will keep for a week. CLAIRE : You've been too kind, Mrs. Fitzgibbons. I can't thank you enough.

MRS FITZGIBBONS : Think nothing o' it, lass. Safe journey to ye.

In the courtyard

DOUGAL : Colum wishes to see ye.

CLAIRE : Why?

DOUGAL : It doesna matter why.

CLAIRE : All right. I'll be back in a minute.

Flashback  

CLAIRE : ( to Franck ) Come on. Three, two, one.

End of the flashback

DOUGAL : Something wrong?

CLAIRE : No.

COLUM : Good day to ye, Mrs. Beauchamp.

CLAIRE : Good day.

COLUM : Ye have no connections with clan Beaton, have ye?

CLAIRE : The Beatons? No.

COLUM : The healers of clan Beaton are famous through The Highlands. We had one here, until he caught a fever which carried him off within a week. Davie Beaton was his name. And this ( showing the room ) was his surgery, he called it.

CLAIRE : Really? All this... and no one to share it with?

COLUM : I understand you have quite some skill as a healer yourself.

CLAIRE : It's an interest of mine, yes.

COLUM : You know the uses of these potions and things?

CLAIRE : Some. This is all really fascinating. Thank you for showing me. But I... I must be going.

COLUM : Seeing as we have not had a healer since Davie passed, I want you to take up the work.

CLAIRE : But I'm leaving.

COLUM : No. You're staying.

CLAIRE : What did Dougal say to you? Did one of his thugs make up lies about me?

COLUM : My brother keeps his own counsel on you. This is my decision.

CLAIRE : Then why am I staying?

COLUM : Because it is my pleasure that you do so.

CLAIRE : Because you think I'm a spy. Surely you don't believe that. I believe that you have secrets, Claire. Now, maybe they're the kind of secrets that every woman has, which pose no threat to me, to Leoch, or to clan Mackenzie. But until I know for sure, you will remain here... as my guest.

CLAIRE : You mean as your prisoner, don't you?

COLUM : Only if you try to leave.

Kikavu ?

Au total, 94 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Fsuther 
25.04.2020 vers 11h

bibifanser 
13.04.2020 vers 18h

djnoe 
13.01.2020 vers 19h

Syom02 
30.12.2019 vers 21h

bloom74 
12.11.2019 vers 18h

gohanvidel 
17.10.2019 vers 22h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 6 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

[Jeu] Suite à l'écossaise
Aujourd'hui à 13:50

[Jeu] Photo du Mois
Aujourd'hui à 13:32

Saison 5
27.05.2020

Saison 4
18.05.2020

Saison 4
18.05.2020

Never My Love
14.05.2020

Journeycake
14.05.2020

Spoilers S6
14.05.2020

Fiche technique
14.05.2020

Dernières audiences
Logo de la chaîne Starz

510 : La miséricorde m'accompagnera (inédit)
Dimanche 26 avril à 20:00
0.85m / 0.1% (18-49)

Logo de la chaîne Starz

509 : Monstres ou héros (inédit)
Dimanche 19 avril à 20:00
0.84m / 0.1% (18-49)

Logo de la chaîne Starz

508 : Les derniers mots célèbres (inédit)
Dimanche 12 avril à 20:00
0.78m / 0.1% (18-49)

Logo de la chaîne Starz

507 : La Ballade de Roger Mac (inédit)
Dimanche 29 mars à 20:00
0.81m / 0.1% (18-49)

Logo de la chaîne Starz

506 : Je brille, mais ne brûle pas (inédit)
Dimanche 22 mars à 20:00
0.82m / 0.1% (18-49)

Logo de la chaîne Starz

505 : Adoration Perpétuelle (inédit)
Dimanche 15 mars à 20:00
0.73m / 0.1% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Quelques informations sur la saison 6 !

Quelques informations sur la saison 6 !
Si nous savions depuis longtemps qu'une saison 6 avait été commandée pour la série, nous n'avions...

Diffusion US - 5.12

Diffusion US - 5.12
Starz continuait, ce dimanche 10 mai la diffusion de la saison 5 inédite ! A 20h était proposé...

Le quartier recrute !

Le quartier recrute !
Vous avez sûrement du le voir, le quartier à été repris. Afin de renforcer ses rangs, il est à la...

512 - Photos Promotionnelles

512 - Photos Promotionnelles
Dimanche 10 mai, Starz diffusera un nouvel épisode de la saison 5 ! La chaîne câblée vient de...

Nouveau Sondage!

Nouveau Sondage!
Le quartier vous propose un tout nouveau sondage. Le sondage vous demande: "On vous propose de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

Steed91, Aujourd'hui à 07:51

Venez nombreux, pas besoin de connaître la série

ophjus, Aujourd'hui à 11:36

Dernière heures pour l'animation du quartier Pretty Little Liars ^^ !

lolhawaii, Aujourd'hui à 13:16

Nouveau sondage sur MacGyver : Des Awards arrivent sur le quartier dès le 19 juin, allez-vous y participer ?

lolhawaii, Aujourd'hui à 13:17

Venez faire un tour sur le quartier, avec EBishop, on vous attend ^^

mnoandco, Aujourd'hui à 17:21

Une bannière pour le quartier New Amsterdam est toujours en vote côté préférences. N'hésitez pas à donner votre avis . Merci

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site